Définitions des danses

 

BACHATA

Très populaire en République dominicaine, la bachata est tout en balancement, en rotation : 3 pas de côté suivis d'un quatrième déhanché. Au début des années 60, la bachata faisait partie de la catégorie romantique, on la situe aujourd'hui entre la salsa et la rumba

 

SALSA

Venant tout droit de Cuba, elle attire de plus en plus de personnes. Elle ne ressemble en rien aux autres danses dites "latines". Dans la salsa, pas de ligne de danse à respecter, on joue avec son partenaire comme en rock. De plus, le rythme dynamique et riche fait beaucoup d'adeptes.

 

ROCK

Le rock'n'roll est une danse populaire. Véritable phénomène culturel des années 50, il a su traverser les âges... il se danse dans toutes les circonstances,(mariage, anniversaire, soirées diverses…)

Vous évoluez sur des musiques très typiques mais aussi sur des musiques plus modernes et actuelles.

Je peux danser le rock n'importe où et sur toutes les musiques.

Dérivé du Lindy Hop qui est l'ancêtre de toutes les danses swing, il se danse en couple. Les pas du cavalier sont différents de ceux de la cavalière, on ne peut donc s'improviser cavalière quand on est cavalier si l'on n'a pas appris les pas de sa partenaire. La danse se décompose en un enchaînement de passes, plus ou moins complexes, que l'on peut décliner à l'infini. Chaque cavalier doit connaître un nombre plus ou moins important de passes selon son niveau, car c'est à lui de guider la danse et décider lesquelles réaliser.

 

LE WEST COAST SWING

Une danse de couple de style swing et issue du Lindy Hop créée en 1951 à Los Angeles. Elle se caractérise par des mouvements doux et très coulés, plutôt sensuels, qui donnent une allure élégante et souvent spectaculaire. Ce sont ces mouvements très élastiques des partenaires, que ce soit individuellement ou bien l'un par rapport à l'autre, qui donnent cet effet d'accélération et de ralenti suivant les passes.

Elle se danse sur une base de 8 temps et laisse une grande part à l'improvisation et l'interprétation. Elle privilégie le jeu entre les deux partenaires. Chacun doit être parfaitement à l'écoute de l'autre. C'est l'une des rares danses où la cavalière peut à tout moment faire un "Hijack" et mener la danse un temps.

Cette danse se pratique sur un vaste éventail de styles de musique : pop, funk, dance, country, jazz, blues, RnB, disco, ... Une danse pour toutes les générations.

le West Coast Swing se danse partout en France, mais il n'est arrivé à Paris qu'au début des années 2000. Il mettra quelques années à gagner notre région du sud, et sera même pour cette année aux Angles rien que pour vous alors venez profiter….

 

LA KIZOMBA

Désigne également une danse angolaise, pratiquée sur la musique Kizomba. Le genre musical Kizomba se décline lui-même en plusieurs sous-catégories (Kizomba au sens strict, ghetto zouk, Cabo love, tarraxinha (et le tarraxo, mélange de tarraxinha et de "zouk bass"…).

La danse se décline à peu près sur le même modèle que le genre musical.

La kizomba, en tant que musique et danse, a commencé à pénétrer l'Europe en 2008, en commençant par le Portugal, précurseur.

La danse Kizomba (au sens strict) se caractérise par sa langueur et sa position fermée, un mélange de tango et de zouk.

Le tronc demeure fixe et néanmoins souple, tandis que le bas du corps est beaucoup plus énergique. En règle générale, l'espace dans lequel se meut le couple est réduit à son strict minimum et les mouvements, bien qu'élaborés, sont économisés. En revanche, la danse Semba, correspondant à la musique Semba plus rapide, autorise et se caractérise par des déplacements plus rapides et plus énergiques, le tout dans un style festif.

Il faut noter que la Kizomba et le Semba partagent les mêmes bases, même s'il faut considérer que la Kizomba est une version simplifiée du Semba.

Pour ce qui concerne la danse Kizomba il existe quatre styles : un style angolais, un style capverdien, un style portugais et un style français.

Un mélange subtil de styles pour cette danse qui est en plein essort, venez la découvrir , accessible pour tous niveaux pour les adultes.

 

DANSE CLASSIQUE

La danse classique est la base de toutes les danses, l'en-dehors est la base de cette discipline : la jambe est tournée vers l'extérieur ainsi que l'aplomb : équilibre stable selon un alignement vertical. Elle est également caractérisée par un esprit de rigueur et de netteté car elle s'appuie sur des positions du corps et des attitudes bien précises. Elle développe la grâce et la souplesse, au travers d'enchaînements appelés "adages" (pas lents basés sur l'équilibre et l'esthétique des mouvements) et "variations" (succession de pas rapides, de sauts et de tours).

On appelle "ballet" le spectacle de danse classique présenté à un public. Il est chorégraphié, c'est-à-dire qu'il comporte des pas et des enchaînements définis et répétés à l'avance. Les danseuses de ballet sont appelées "ballerines".

L'origine de la danse classique remonte à l'époque royale. Elle est créée à la Cour de France au 17e siècle, sous le règne de Louis XIV plus précisément. C'est à ce moment-là que furent inventés les pas de base et leur nom.

Les pointes apparaissent vers 1820 et offrent à la danse classique de nouvelles possibilités. Dès lors, de nombreuses écoles se développent dans le monde entier, proposant chacune un style différent.

Elle évolue vers de nouveaux concepts comme le néo-classique (forme angulaires et travail de décalé et de déséquilibre)

Le déroulement d'un cours

Les cours de danse classique se scindent en plusieurs parties. L'échauffement, la pratique et, éventuellement, l'étirement et nous terminons par la révérence.

L'échauffement

Debout face au miroir et appuyées contre la barre, les apprenties danseuses doivent se tenir droites. Face à elles, le professeur montre l'exemple. "Première, seconde, quatrième...", les positions basiques de la danse classique s'enchaînent. Idéalement, le professeur corrige les imperfections.

On apprend, en s'échauffant, à bien positionner son corps et à travailler son port de bras et de tête.

La pratique

Si elle varie selon le professeur, la pratique se constitue généralement des mêmes exercices, quel que soit l'ordre.

  • La barre au sol, qui se pratique aussi dans des cours entièrement consacrés à cet exercice, se compose de mouvements d'étirements et d'assouplissements au sol.
  • Les diagonales, ou déplacements, où l'on évolue d'un coin à l'autre de la pièce. Pas chassés, grands et petits sauts ou encore pirouettes.
  • Et enfin les adages, qui définissent une suite de pas. On effectue ainsi à la suite, des pliés, battements et pirouettes pour former une courte chorégraphie.

L'étirement

Il se pratique le plus souvent à la fin du cours.

Il s'agit d'une suite d'exercices destinés à étirer le muscle et donc travailler la souplesse. Les étirements peuvent aussi se révéler bénéfiques pour se chauffer avant un cours. Attention cependant à ne pas abuser du stretching après une séance difficile, la fibre musculaire a besoin de repos, tout simplement.

Les bienfaits de la danse classique

Outre le caractère strict de cette discipline, la danse classique confère de nombreux bienfaits à notre corps et esprit. La preuve.

L'étirement

Un port de tête et un dos droits apportent une grâce instantanée, on le sait : on nous le rabâche depuis l'enfance. Alors si la nature ne nous a pas -ou peu- gâtées de ce côté-là, la danse classique permet d'acquérir cette posture de princesse dont on rêve toutes. On paraît ainsi plus grande et plus confiante.

La souplesse

Si lors du premier cours, on nous associe plus à un barreau de chaise qu'à un gracieux roseau, il y a de grandes chances pour que cela change au fur et à mesure. À force de battements et d'arabesques, notre corps prend le pli et devient de plus en plus souple. C'est votre compagnon qui va être content.

La silhouette

Il existera toujours des jaloux qui dénigreront la danse en scandant que ce n'est "pas du sport" (idem pour l'équitation, mais c'est un autre débat). Laissons-les parler, ou mieux, invitons-les à un cours pour qu'ils découvrent l'effroyable vérité : pendant un cours de danse classique on transpire, on rougit et on dépense des calories. Et tout ça nous dessine une silhouette de danseuse que notre entourage jalouse d'emblée.

La rigueur

Il convient de respecter certains codes, autant dans le comportement de la danseuse que dans la pratique même de chaque pas. Une façon d'être qui pourrait bien influer sur notre quotidien.

Un pratique pour tous les âges et pour tous les niveaux, cours enfants et adultes débutants ou confirmés ; rejoignez nos cours de danse classique dans notre école danse attitud, parquet, barre, miroir.

Une équipe de professeurs vous dispensera des cours de façon ludique et de manière douce mais qui ne manque pas de rigueur et de travail. Pour une façon de transmettre cet art tout en douceur, retrouvez Anne-Sophie boutant, Suzanne Fardel.

 

ÉVEIL À LA DANSE

Dans une dimension ludique et artistique, donc créative et imaginaire, il s'agit de faire découvrir aux enfants l'infinie variété de mouvements, de leur permettre de devenir libres et riches dans leur langage corporel. L'éveil, c'est aussi un éveil musical au sens de la découverte de différents styles de musique, au sens de l'écoute et de la traduction corporelle des paramètres de la musique. Dans le cours d'éveil, on apprend aussi à respecter des règles : protéger son corps et celui des autres, faire le silence lorsqu'on danse, observer les autres.

Dans le plaisir, les enfants vont donc acquérir les bases de la danse et de l'écoute musicale, leur permettant d'accéder ensuite à un cours d'initiation à la danse.

Le cours de danse est un moment d'émerveillement, de curiosité, d'enthousiasme pour l'enfant parmi les autres.

Objectifs:

Le cours d'éveil permet de travailler sur les fondamentaux de la danse, commun à tous les styles de danse : le corps, l'espace, le temps, l'énergie, l'intention du mouvement.

Déroulement des cours

L'échauffement se fait principalement au sol pour préserver le dos des enfants. Ceci pour obtenir à la fin de l'initiation un placement le plus correct possible.

Les cours sont basés sur différentes approches et de nombreux développements.

1. L'éveil et le développement corporel et moteur

Prise de conscience du corps (squelette, muscles, respiration)

2. L'éveil et le développement sensoriel et perceptif

Jeux avec des matières et des objets.

Exercices favorisant la perception auditive (grave, aigu, rythme...).

3. La connaissance d'éléments du langage chorégraphique

Apprendre à se repérer dans l'espace: où vais-je? Où suis-je dans l'espace?

Comprendre la qualité d'un mouvement: brusque, léger, ample, rapide...

4. Son épanouissement à travers la créativité

À partir de consignes données, l'enfant pourra donner libre cours à son imagination. C'est lui donner la possibilité de s'épanouir en réalisant quelque chose pour lui-même.

5. Savoir se situer et exister dans un groupe

Respecter, écouter, échanger... avec les autres.

L'élève apprend à se servir de son corps comme moyen d'expression, d'action et de communication.

6. Retour au calme à la fin du cours

Savoir faire le silence pour se détendre et favoriser la relaxation.

Un cours de danse éveil adapté pour les enfants âgés de 3 à 4 ans, un moment de partage et de découverte….

 

LE HIP-HOP

Ce courant est issu d'un mouvement non violent du Bronx lancé par Aka Kahyan Aasim (alias Afrika Bambaataa) et qui, malgré ses airs de Mister T, prônait le respect et la fraternité. Les acteurs de la culture hip-hop tiennent des rôles bien précis dans leurs vêtements amples et sous leurs casquettes ou bonnets. Pour simplifier, on identifiera le DJ (Disc Jockey qui mixe les disques et fait du scratch avec ses disques vinyles), le MC (Master of Ceremony qui, au micro, anime la foule, chante et fait du rap), le B-boy (break-boy qui danse le break, mais peut aussi pratiquer d'autres techniques de danse) et enfin le graffeur (qui fait des graffitis à la bombe de peinture ou au crayon marqueur). Approfondissons donc ce qui concerne la danse hip-hop.

La danse de la culture hip-hop est associée à la musique hip-hop. Cette musique est formée de mix, de scratchs, de samples (qui sont apparus grâce à la technologie), en plus des performances vocales comme le rap ou la beatbox (imitation de percussions par la voix). Du fait de sa constitution, la musique du hip-hop a induit différentes manières de bouger que l'on nomme le break, le locking et le popping qui peuvent comporter des saccades. Issu des communautés afro-américaines et portoricaines de New York, le hip-hop s'est développé dans les rues et on a pu assister rapidement à la formation de groupes de danseurs (crews) qui rivalisaient d'agilité dans des confrontations (battles). Ces compétitions informelles consistaient, au centre d'un cercle formé par les spectateurs et les danseurs, en une alternance d'improvisations (freestyle) entre les différentes équipes afin de déterminer qui était le meilleur et le plus spectaculaire.

Évolution

En hip-hop, on rencontre différents types de mouvements de danse. Il y a des mouvements que l'on fait debout et d'autres que l'on fait au sol (tours sur la tête, windmill où seul le torse reste en contact avec le sol alors que le reste du corps tourne, etc.). De nombreux mouvements sont inspirés d'autres disciplines comme le mime (l'idée du moonwalk de Michael Jackson est issu de jeunes danseurs de hip-hop), la capoeira, ou encore de l'observation d'animaux (le scorpion par exemple) ou de cultures (l'Égypte par exemple)

Après la conquête des USA, la danse hip-hop évolua ensuite dans différentes régions incluant la côte californienne et d'autres manières de danser émergèrent au contact de la culture funk dans les années 1980. On peut notamment citer le fait de bouger comme un robot et les mouvements de type electric boogaloo (une sorte de popping). C'est à cette époque que le hip-hop débarque en France. Certains d'entre vous se souviennent peut-être de "H.I.P. H.O.P." l'émission hebdomadaire de Sidney Duteil qui, en 1984 et sur TF1, débutait par un dynamique "Bonjour, les frères et les sœurs !". On y trouvait des cours de danse, des battles (appelées défis dans l'émission), des concerts en direct, etc. Cette émission a permis la popularisation du hip-hop (aujourd'hui appelé "old school") et amené beaucoup de jeunes à s'entraîner chez eux, dans les rues ou à l'école au son de gros radio-cassettes (les ghettos blasters). C'est dans cette émission qu'on a lancé en France le terme de smurf, synonyme du hip-hop dansé debout. La légende veut que le terme "smurf" (nom des schtroumpfs en anglais) a été donné à la danse du fait des gants blancs portés par certains danseurs). Or, les schtroumpfs n'ont jamais porté de gants blancs ! Une autre légende dit que le mot smurf aurait été associé au popping à cause d'un clip associant la bande-son originale des schtroumpfs aux USA et l'image de danseurs en train de faire du popping en portant de grosses chaussettes par-dessus leur pantalon de jogging.

Dans les années 90, le krump et ses mouvements énergiques (et paraissant empreints de colère) fait son apparition dans la région de Los Angeles. Cette manière de danser est associée à Cesare "Tight Eyez" Willis et Jo'Artis "Big Mijo" Ratti (leaders de la troupe des Krump Kings) ainsi qu'au chorégraphe Christopher "Lil'C" Toler (l'un des membres du jury de l'émission américaine "So You Think You Can Dance"). Depuis, plus récemment, un courant de hip-hop nommé new style se développe, mettant en avant les isolations (un peu comme en danse jazz).

Il s'agit d'un style plus "commercial" et qui s'éloigne du monde de la rue puisqu'il est à présent enseigné dans les écoles de danse sous un angle technique. C'est ce style qu'on peut voir régulièrement dans les clips vidéo. La danse hip-hop a donc de nos jours acquis ses lettres de noblesse en entrant dans les écoles de danse.

Une discipline ou petit et grand pourront se lâcher, un style décontracté mais rempli de technique, des musiques diverses et variés alors laissez vous tenter…

 

LE MODERN'JAZZ

Il y a une autre forme de danse qui est souvent enseignée dans les écoles de nos jours : le modern jazz. La confusion est souvent faite avec la danse moderne du fait du mot "moderne" qui est présent dans les deux appellations. Cela dit, les deux formes de danse n'ont pas grand-chose à voir.

Le modern jazz est issu de la danse jazz américaine des années 30 et 40 que l'on associe souvent au swing et au lindy hop (on appelle d'ailleurs aujourd'hui cela "jazz roots" ou encore "authentic jazz" pour bien marquer la différence). À la fin des années 40, la danse jazz intègre les comédies musicales de Broadway pour y évoluer dans les années 50 sous l'impulsion de chorégraphes comme Katherine Dunham ("La Grande Katherine") ou Bob Fosse. Le modern jazz est donc une danse technique, rythmée et dynamique qui essaye de rapprocher les techniques issues de la danse classique à la danse aux racines afro-américaines, avec un soupçon d'influences diverses (acrobaties, danse contemporaine, etc.). Le modern jazz est caractérisé par la coordination des mouvements, le contrôle de la gravité et les isolations des parties du corps dans le respect d'une technique de base établie. Le modern jazz est beaucoup utilisé dans les clips vidéo de chanteurs populaires (Britney Spears, Pussycat Dolls, Madonna, etc.) où il est aussi de plus en plus souvent mêlé à des mouvements de hip-hop

 

LE MODERN'

Après des dizaines d'années de règne, la danse classique commence à laisser de la place à d'autres styles de danse au début du XXe siècle. En effet, dans les années 1920, certains danseurs et danseuses sentent qu'il leur faut sortir des contraintes imposées par le ballet classique avec son fameux "en-dehors" et expérimentent de nouvelles positions, de nouveaux mouvements ainsi que de nouvelles tenues vestimentaires.

C'est ainsi que naît la danse moderne qui amène les danseurs à exprimer leurs émotions et laisser ces dernières inspirer leurs mouvements. Toujours en opposition aux règles classiques strictes, les danseurs modernes peuvent se déplacer les pieds nus et utilisent la gravité et les contractions du corps tout entier pour accentuer leurs mouvements. Des danseuses comme Martha Graham et Isadora Duncan sont considérées comme faisant partie des premières danseuses moderne

 

LE CONTEMPORAIN

Après la Seconde Guerre mondiale, apparaît la notion de danse contemporaine où la rupture est encore davantage consommée avec toutes les autres formes de danses, jusqu'au point d'aboutir au mouvement de la "non-danse" (années 90).

Les chorégraphes contemporains détournent les autres courants de danse, les métissent avec d'autres disciplines artistiques comme le théâtre, le cirque ou les arts plastiques. C'est réellement est un vaste domaine sans cesse en mouvement, plein de nouveautés, aux contours flous et aux formes multiples et hybrides. Elle peut s'apparenter à une recherche d'une autre représentation du monde, avec un vocabulaire différent des autres formes de danse. Ainsi, la danse contemporaine cherche-t-elle à surprendre le spectateur et, par ce biais, à faire naître l'émotion et généralement à faire passer un message. Merce Cunningham est considéré comme l'un des pionniers de la danse contemporaine.

 

LA SAMBA BRÉSILIENNE

La samba est la danse de la fête et des vacances. Lorsqu'on pense samba, on pense voyage dans le sud et laisser-aller. Le rythme endiablé de cette danse est extrêmement jovial et libérateur. La samba que nous vous proposons vient du Brésil et a des influences anglaises et africaines. Il n'y a rien de mieux pour oublier nos soucis que de danser la samba!

La samba est un style musical qui provient de la fusion des rythmes africains et portugais. Le mot "Samba" est d'origine angolaise : "semba" ou "mesemba". Ce terme peut avoir différentes significations dans la langue bantoue : "prier", "invoquer", "plainte"... comme pour le blues, ce qui permet de comprendre pourquoi la samba était une cérémonie religieuse chez les Noirs au début. Mais on lui donne aussi comme signification "animé", "nombril contre nombril", "danser avec joie", définitions qui s'appliquent tout à fait à cette danse.

L'importance de la communauté noire au Brésil, et plus particulièrement à Salvador de Bahía, est à la base de ce nouveau rythme musical qui va se développer à partir du début du XXe siècle. La samba arrive à Rio de Janeiro à cette époque avec les immigrants provenant de l'état de Bahía.

C'est en 1917 qu'est enregistrée la première samba. Elle s'intitule "Pelo Telefone" et ses interprètes sont Donga et Mauro Almeida. Elle devient vite un succès et permet à la samba de sortir de la classification qu'on lui attribue, c'est à dire une musique populaire des noirs brésiliens. On ne connaît pas les compositeurs de cette samba mais on peut penser que c'est une création collective à laquelle ont participé Pixinguinha et João da Baiana.

On peut danser la samba en couple ou en solo, mais celle qui a le plus les faveurs du public est la "Samba no pé qui" se pratique en solo lors du Carnaval.

Si le rythme de la samba est assez basique puisqu'il se base le plus souvent sur deux temps, sa pratique est cependant assez sportive puisque toutes les parties du corps vont être sollicitées.

Pour effectuer le pas de base de la samba on va reculer le pied droit en faisant un arc de cercle, se déhancher sur le pied gauche en ramenant le pied droit.

Puis on fait l'inverse en reculant le pied gauche qui fait un arc de cercle sur la gauche, on se déhanche sur le pied droit en ramenant son pied gauche.

En effectuant ces mouvements de jambes, les bras serviront à garder l'équilibre en balayant l'air au niveau du bassin.

 

FRENCH CANCAN

Cette danse joyeuse et endiablée est inséparable du mythe des nuits parisiennes et de l'ambiance cabaret, immortalisée par les peintures de Toulouse-Lautrec, le cinéma français ou hollywoodien. Avec sa débauche de jupons affriolants, son fameux lever de jambe et sa musique entraînante, la gaîté communicative du French cancan ne cesse de ravir, depuis près de 150 ans, les spectateurs du monde entier.

Le cours de danse cabaret est ouvert aux enfants et aux adultes, un cours traditionnel et typique connu de tous ou se mêle joie, gaieté, bonne humeur, jupon, lever de jambe et musique entraînante.

Les principales figures, aux noms imagés, s'appellent « port d'arme », « mitraillette », « assaut », « pas de charge », « saute-mouton » ou encore « petits chiens ». Bientôt, les hommes s'emparent de cette danse de tradition féminine et accompagnent ces dames sur scène pour réaliser de véritables numéros d'acrobates. Valentin le Désossé, connu aussi sous le nom de l'Homme du Quadrille, est le plus célèbre d'entre eux.

Un cours où se mélangent travail technique, souplesse, mise en scène et son petit coté humoristique et théatral tout comme le cabaret.

 

CABARET

Le cabaret est un genre artistique issu d'un mélange de comédie et de danse. Il se distingue particulièrement par son lieu de performance (restaurant, club de nuit, café-bistro) où audience est rassemblée, devant la scène, autour des tables.

Dans ce cours, nous aborderons la danse de style cabaret à travers une chorégraphie jazzy sensuelle qui vous fera travailler, entre autres, votre expression scénique.

Au cours des derniers siècles, le genre cabaret a fait sensation sur Broadway et au cinéma, notamment dans les films Cabaret (1972), Moulin Rouge (2001) et dernièrement Burlesque (2010).

 

ZUMBA ET ZUMBA KID'S

Le mot Zumba en espagnol signifie "bouger vite et s'amuser". Elle nous transporte avec ses rythmes latins endiablés et ensoleillés (salsa, merengue, cumbia, calypso, reggaeton, etc.) et nous propose ainsi un excellent exercice cardiovasculaire. Grâce à sa musique dynamique, entraînante et festive, elle est bénéfique pour le moral.

En plus de favoriser la posture, la Zumba® est une discipline par excellence pour améliorer le tonus musculaire, l'endurance, la coordination, la flexibilité et l'estime de soi. L'objectif de la Zumba® est de bouger et de s'amuser, tout en se dépensant. Il s'agit d'un brûle-calories par excellence où il est possible de brûler plus de 600 calories en une heure. Nul besoin d'être danseuse ou danseur pour pratiquer la Zumba®, l'essentiel étant de bouger et de s'amuser, tout en étant active et actif dans la bonne humeur, et ce, au rythme de la musique exotique!

Il est à noter que la Zumba® s'adresse à un groupe de tout âge où les chorégraphies sont simples, faciles à suivre, amusantes et efficaces. Il s'agit d'une belle opportunité de danser sans être jugé(e), le tout dans une ambiance festive et conviviale.

 

LE BOLLYWOOD

Les danses sont très variées. Il s'agit d'un mélange de genres qui s'inspirent à la fois de danses folkloriques et classiques comme le bhangra, le bharata natyam, les danses de courtisanes, le kathak classique, et le tawaif. Depuis les années 2000, le style chorégraphique a largement évolué et s'est imprégnée de danses modernes occidentales (disco, salsa, hip-hop, break-dance), qui se ressent dans le rythme virevoltant de la danse indienne.

Contrairement à la danse indienne classique très codifiée, extrêmement rigoureuse et plus lente, la danse Bollywood est une danse rapide qui demande énormément de coordination dans les mouvements.

Le protagoniste ne danse jamais seul. Il est toujours accompagné d'une troupe ou d'un chœur de danseurs qui l'accompagnent ce qui crée un effet de masse, accentué par un champ panoramique ou quelques extras qui viennent s'ajouter, quasiment à titre d'éléments du décor. Ces scènes sont très soignées et imposent souvent aux comédiens des changements multiples de costumes ou de lieux appelés picturisation.

Un cours de danse bollywood accessible aux enfants et aux adultes , une note traditionnelle ou couleur et magie se mélangent…

 

LE RAGGA DANCE-HALL

Origines :

Le Dancehall reggae est originellement jamaïcain, découlant directement du reggae et qui tire son nom du Dancehall (la salle de danse ou salle de bal, en français) qui désigne le lieu où l'on danse à l'intérieur comme à l'extérieur. Il est né en Jamaïque au tout début des années 1980 (où il se confond avec le rub-a-dub jusqu'à la disparition de celui-ci en 1985) et s'est rapidement propagé dans les Antilles avant d'atteindre le reste des pays francophones.

Style musical :

Le style musical dancehall n'est pas précisément définissable. À l'origine, il s'agit de toute musique jouée dans un espace clos. Ce terme désigne plutôt une connotation de groupe, d'ambiance, de rassemblement. Ainsi, le dancehall peut aussi bien sonner digital ou hardcore que roots. Dans les années 1990, il a parfois été associé à un style qui s'est développé sur la base de la musique indienne (voir le riddim Bam Bam créé par Sly & Robbie) et du Hip-Hop.

La grande révolution du dancehall est l'arrivée des machines numériques sur l'île vers 1984/85. De nombreux compositeurs se sont mis à la composition audio-numérique (voir le riddim Sleng Teng de King Jammy).

 

FLAMENCO

DISCIPLINES ENSEIGNEES :

Mon enseignement et un moment de partage et de transmission de mes connaissances de cet Art merveilleux le FLAMENCO

LA DANSE FLAMENCA qui pour beaucoup est le symbole stéréotypé de l'Espagne est un Art Traditionnel et populaire issu de la Culture Andalouse. Il existe à son sujet une grande confusion dans l'esprit du public qui baptise « FLAMENCO » tout spectacle de danse espagnole.

Le Flamenco est avant tout la synthèse de trois éléments différents mais complémentaires : Le chant, la guitare et la danse. Il a été inscrit par l'UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l'humanité le 16 Novembre 2010.

Déroulement des cours FLAMENCO Débutants

Placement du corps, étude port de bras et mains spécifique à la danse flamenca, travail rythmique (Palmas) et zapateados (technique de percussion avec les pieds sur le sol) Etude des compas 8 temps et 12 temps – Etude du fonctionnement guitare – chant et danse.

Déroulement des cours FLAMENCO inter-avancés

Plus accès sur la technique zapateados avec coordination des bras- Etude d’un style de danse et chorégraphie. Travail rythmique (palmas et contre temps) Etude pour la compréhension du chant et de la guitare avec la danse.

Tenue conseillée pour les filles : Chaussures genre escarpin avec talon bottier de 4 à 5 cm de haut tenant bien le pied et une jupe large arrivant à la cheville.

Pour les garçons :Chaussures style boots avec talons de 3 cm environ.

 

SEVILLANAS

Certainement la danse folklorique originaire de Séville la plus populaire d’Espagne ou tout au moins d’Andalousie. Elle est dansée dans les grandes fêtes populaires ou privées, mariages, baptêmes et a dépassé les frontières de l’Espagne puisqu’elle se danse dans toutes les ferias au printemps et en automne à Arles – Nîmes- Mauguio etc… Elle se danse en couple, elle est codifiée invariablement en 4 parties avec métrique bien précise.

 

Danse orientale et tango argentin

 

Définition de la danse orientale

La danse orientale est une danse originaire du Moyen-Orient et des pays arabes, dansée essentiellement par des femmes, mais aussi, de plus en plus, par des hommes, à travers le monde.

Elle est reconnue comme l'une des plus anciennes danses du monde, surtout dans les pays du Maghreb (Liban, Égypte, Turquie, Grèce, Syrie, Irak). Elle se développe particulièrement en Égypte au Xe siècle, avec l'arrivée d'une population d'Inde. Les Français ont découvert la danse orientale lorsque les soldats de Bonaparte (Napoléon) débarquèrent pendant la campagne d’Égypte.

Quand la danseuse danse, on peut reconnaître ses sentiments comme la joie et la peine.

Dans la danse orientale égyptienne il existe différents genres et styles. Les trois grandes catégories de cette danse sont :

  • le sharki, qui est une danse classique et très élégante. Ce style, né en Egypte dans les années 30, est fait en particulier de mouvements très amples, souples, raffinés et élégants, tout comme le costume qui est fait de strass et de paillettes.
  • le baladi, qui est une danse très expressive, est un genre populaire qui est plus ancien que le sharki. Cette danse qui lie la tradition et la modernité de l’Egypte est dansée sur des musiques où les percussions jouent un rôle important. Le baladi se danse avec une longue robe et contient des mouvements ondulants et coulés. Il se danse généralement les pieds à plat.
  • le saidi folklorique, qui est né dans le sud (saidi) de l’Egypte. C’est une parodie de la danse guerrière des hommes qui était effectuée avec des bâtons. Les femmes utilisent généralement une canne et dansent sur des musiques souvent modernes. Le rythme utilisé qui est appelé saidi est un rythme en « doum tack doum doum tack ».

La danse orientale a souvent été mal vue en France. Les premiers Français qui ont vu pratiquer cette danse (les soldats de Napoléon Bonaparte, lors de la campagne d’Egypte) ont interprété les déhanchements langoureux des danseuses comme des invitations à la prostitution. À cette époque la danse orientale souffrait donc d’une mauvaise réputation. À partir des années 1990, la danse orientale égyptienne commence à être pratiquée en Europe et en particulier en France. Peu à peu, la mauvaise image qu’on avait d’elle s’efface. De nos jours de nombreuses associations et écoles de danse permettent à des personnes de tous âges et de toutes origines de pratiquer cette danse désormais populaire

  • Un voile
  • Des ailes d'Isis (voile plissé),
  • Un éventail à plumes,
  • Comme Mélaya Leff, une grande étoffe séparée au milieu par une broderie et décorée de paillettes dorées ou argentées,
  • Des sagattes (petites cymbales),
  • Un shamadan (candélabre porté sur la tête).

Une danse traditionnelle qui vaut le détours, venez vivre un dépaysement total et voyager au pays des mille et une nuits avec Salomé

 

Définition du tango argentin

Le tango est une danse sociale et un genre rioplatense (c'est-à-dire du Río de la Plata, soit Buenos Aires et Rosario en Argentine, et Montevideo en Uruguay[1]) né à la fin du XIXe siècle.

Comme forme rythmique, il désigne le plus souvent une mesure à deux ou quatre temps plutôt marqués, mais avec un vaste éventail de tempos et de styles rythmiques très différents selon les époques et les orchestres.

Le tango comme genre musical englobe quant à lui trois formes musicales sur lesquelles se dansent traditionnellement les pas du tango : tangos, milongas et valses. Le bandonéon, intégré au sein des orchestres de tango, composés majoritairement d'instruments à cordes, est traditionnellement l'instrument phare du tango.

Le tango est une danse de bal qui se danse à deux. C'est une danse d'improvisation, au sens où les pas ne sont pas prévus à l'avance pour être répétés séquentiellement, mais où les deux partenaires marchent ensemble vers une direction impromptue à chaque instant. Un partenaire (traditionnellement l'homme) guide l'autre, qui suit en laissant aller naturellement son poids dans la marche, sans chercher à deviner les pas.

 

Définition de penchak silat

 

Le Penchak ou Pencak Silat est un art martial pratiqué dans le monde malais : Indonésie, Malaisie, Singapour et Brunei. Plusieurs orthographes existent pour définir le même art : Pentchak-Silat, Penjak Silat, Pencak Silat ou Bersilat. Penchak Silat signifie  « aptitude à combattre avec des mouvements variés et appropriés » ; Penchak se définit comme  « mouvements variés et habiles du corps » et Silat comme  « art de combattre ».

En Silat, tous les aspects du combat sont abordés : des percussions, des balayages, des projections, des clés, des luxations, des esquives et du combat contre et avec armes…

Aperçu technique
150 styles sont référencés à ce jour mais tous font appel à des techniques de percussions, des balayages, des projections, des clés, des luxations, des esquives et du combat contre et avec armes …

Les formes codifiées
Comme dans de nombreux arts martiaux, il existe des combinaisons codifiées de techniques (comme les kata en karaté et les taos en kung fu) appelées langka, et des exercices de déplacement appelés jurus.

Les armes
Les armes les plus utilisées sont la machette, la lance, les bâtons courts, l’épée, le kriss et le tjabang. Le kriss est un poignard à lame sinueuse aux « vertus magiques » pour les Indonésiens, le tjabang est un trident en métal composé d’une tige centrale et de deux autres plus petites qui est utilisé par paires pour bloquer des attaques aux bâtons ou autres armes longues.

Un peu d’histoire…

La légende veut que le Penchak ait été inventé par une femme suite à l’observation d’un combat entre un tigre et un oiseau. Le Penchak aurait été enrichi par les arts martiaux chinois de par les échanges commerciaux entre la Chine et la Malaisie à partir du IXe siècle.

« Danser pour défier les colons »

L’Indonésie et la Malaisie ont subi le colonialisme des Hollandais puis des Anglais, et par crainte de rébellion ces colonisateurs interdirent la pratique des arts de combat. Donc, le Penchak s’est pratiqué en secret, et sous forme de danse avec des techniques martiales dissimulées par des mouvements esthétiques et gracieux. Les démonstrations de Penchak sont toujours accompagnées d’un orchestre musical. La discipline n’en est pas moins basée sur une redoutable capacité à combattre en situation réelle.

En 2002, la pratique du Penchak Silat rejoint le mouvement fédéral en étant référencée au sein de la commission des Arts Martiaux du Sud Est Asiatique de la FFKDA. Les nombreux styles de Penchak Silat proposés au sein de la FFKDA vous permettront de choisir celui qui vous conviendra le mieux à travers leur approche de la discipline (sportive, traditionnelle, culturelle ou self défense). Même s’ils témoignent tous d’une passion commune pour l’histoire du Penchak Silat, ces styles sont là pour témoigner de l’étendue et de la variété des techniques enseignées.

Retour en haut de page

Les disciplines